Romain Tardy et l’art numérique, le prisme entre l’art et le code

Actualité ekino -

Retour de conférence Fubiz talk septembre 2016

Article paru le :
Article paru le :

Le 24 septembre dernier, l’équipe créative d’ekino était présente au FUBIZ Talk. Une conférence sur différents univers du design, allant de la photo à l’architecture en passant par la chorégraphie et la publicité. Parmi les présentations, il y a celle de Romain Tardy, un artiste numérique, auquel nous allons nous intéresser aujourd’hui.

J’ai décidé de parler de cet artiste, non pas uniquement pour son travail mais davantage pour la corrélation entre l’art et la programmation. Cette dernière constitue alors un matériau pour l’expression de l’art numérique. En un sens, le code devient la pierre que veut façonner l’artiste pour sculpter son oeuvre.

Pour aider l’artiste à créer du contenu, une bibliothèque Java, nommé Processing a été créée par deux artistes américains.

Cette bibliothèque peut être utilisée par les artistes qui veulent réaliser de l’art numérique aussi bien pour de la scénographie (mapping / installation murale interactive), du design génératif (un logiciel qui crée des formes et dont on détermine le comportement, plutôt que de dessiner directement) ou encore de la visualisation de données.

La visualisation de données est notamment apprise en école d’art pour familiariser les élèves à la programmation de manière ludique car la philosophie de processing est sa simplicité.

processing_blueeyes

Exemple de l’utilisation de processing

Vous pouvez trouver d’autres exemples sur ce site : http://www.generative-gestaltung.de/code

Ainsi, en alliant créativité et technique, de belles créations peuvent voir le jour. C’est ce que nous pouvons voir avec le travail de Tardy qui réussit à prendre le meilleur de chaque corps de métier – design et programmation -, pour donner vie à ses projets.
C’est le cas de son projet OX, dans le cadre d’un “réenchantement musical” commandé par Greenroom et réalisé en co-production avec Absolut Company Creation. Ce projet a pour but de créer une machine qui altère sa scénographie en fonction des morceaux joués. Cette construction déclenche des animations visuelles qui prennent en compte la tonalité, le bit par minute, la nature des sons, les enchaînements du DJ… Cette machine est donc capable de reconnaître la tonalité de la musique et d’adapter sa lumière pour créer une entente dynamique entre l’éclairage et la musique.

Ce projet est né de l’esprit de l’artiste mais il a eu besoin de l’aide de corps de métier plus techniques à savoir un ingénieur spécialisé dans la retranscription du son et d’un ingénieur spécialisé en art numérique. C’est ce point qui a en particulier attiré mon attention, dans la mesure où l’artiste a besoin de s’accorder avec des personnes spécialisées qui vont l’aider à réaliser ce projet. Ils ne sont pas juste présents pour exécuter mais ils sont aussi là pour apporter leurs solutions et de voir les créations d’un autre point de vue.  C’est ainsi que naissent des associations d’esprits différents créant une émulation fascinante, amenant à des objets atypiques qui font aujourd’hui la richesse de l’art numérique.

Source :

http://www.romaintardy.com/
https://processing.org/
http://www.fubiztalks.com/
http://www.generative-gestaltung.de/

Pour aller plus loin :

Making of du projet OX : https://www.youtube.com/watch?v=5T3nOIY4Hkw
La gaïté Lyrique : https://gaite-lyrique.net/
Le cube : http://lecube.com/
Librairie Processing : https://processing.org/reference/libraries/